dimanche 17 mars 2013

Hey oui! Le Monarque!

On ne peut parler des papillons sans parler de lui. Il est LE papillon qui attire les enfants. En été, chez nous, il y en a beaucoup. Je vous montrerai un jour les images des monarques quand ils faisaient escale dans notre jardin (quand nous étions dans notre maison) et qu'ils s'arrêtaient sur les rudbeckies géants. Ma belle Annabelle, qui justement faisait l'étude de ces papillons dans sa classe ayant avec l'aide du jardin botanique des chrysalides, bien avait été aux anges de les voir. Donc, maman, avec son ancien numérique, était parvenue à prendre des photos. Dire que maintenant, celles-ci auraient été bien spectaculaires. Parce que le vieil appareil, il n'était vraiment pas d'approche. Les photos étaient laides. Il fallait donc que je m'approche pas de trop près, et ça, bien c'était nuisible pour de meilleurs images. Sinon les monarques n'aimaient pas vraiment et s'en allaient.


Bref, pour cet intermède d'un moment de notre histoire familiale, aujourd'hui je vous le montre au Jardin Botanique. La première image, mon gendre, enfin, le copain de ma fille de 14ans, a eut la joie de l'avoir sur lui à ma première visite. Ce fut la seule fois ce jour là que je l'ai aperçu. 

Maintenant bon beau, tourne toi pour que je prenne le drapeau à l'effigie du Monarque. L'emblème du Jardin Botanique pour cette année. Toujours sur son épaule le Monarque. Certes, embrouillé, mais c'était le drapeau que je désirais avec le Monarque. Mission accomplie.

Je fais suite avec ma seconde visite, en solitaire où cette fois j'ai eu plus de chance de le croiser sur mon chemin.  Même que dans un prochain article, je ne sais quand, car le prochain papillon sera celui que j'appelle le tigré, surnom plus aisé à retenir que son nom véritable. Que je vous dévoilerai à ce moment là.

Admirer ce Monarque dans sa splendeur ailée.  Et remarquez, sans avoir trop cherché cette vision, car on cherche plus les papillons que le décor entier, Ils s'envolent si vite parfois, que nous nous empressons de photographier la créature sans trop s'arrêter au décorum. Donc, en le visionnant par la suite, j'ai vu, le drapeau derrière, et la couleur de la fleur sur laquelle il est posé.  J'aurais voulu que tout cela arrive, que j'aurais surement attendu des heures avant que cela n'arrive.

Ce papillon est fascinant. Que j'ai fait une image rapprochée de celle-ci pour vous montrer la tête. Tout en vous disant que reconnaître une femelle d'un mâle, est difficile si le papillon vole partout. Il faut qu'il soit posé et là, dans le noir de ses ailes, près de son corps, si vous apercevez des taches blanches, c'est une femelle. Sinon. bien c'est un mâle.

Vous voyez sa tête ? Noire et des picots blancs. Fascinant!

On voit ses petites pattes et sa trompe.  Non, je n'étais pas aussi proche dans la réalité. C'est cela la magie d'un appareil de meilleure qualité, même si le mien, n'a pas un pouvoir aussi extravagant que ceux qui valent une fortune. Mais celui-ci me donne se que j'espérais.

Donc, voici pour cette première tranche sur le Monarque. Dans le prochain article des Monarques en action. D'autres où nous pourront se donner le plaisir de reconnaître si ce sont des mâles ou des femelles.

Au plaisir Messieurs Dames

Krikri Ma Puce dite Kritoune