samedi 30 mars 2013

La serre aux Bégonias (2)

Ma deuxième visite comme je vous l'ai dit a été aussi merveilleuse que la première. On y voit ce que l'on a pas vu la première fois. Et le temps avait moins d'importance que la première fois. 

Pas de file d'attente. Pas vraiment la foule non plus. Même si les classes ont fait acte de présence, ce fut moins pénible que la semaine de relâche où là c'était vraiment intense.

Ainsi donc, ici aussi j'ai pu profiter d'admirer autrement cette serre. La preuve en est que certaines images, voire plusieurs ne sont pas dans la première partie.

 On est toujours subjugué par les fleurs. Comme les oiseaux, les papillons, les abeilles. C'est fascinant de pouvoir regarder les détails. 

La première image ce qui m'avait fasciné était les petits grains de 'sel' sur certaines feuilles. Et remarquez la beauté du feuillage. De quoi être en pâmoison le regard rivé sur celui-ci.

Tant qu'aux fleurs, si délicates, elles sont aussi admiratives. Parfois je les appelle les petites orchidées.



En plus, les tiges aussi ont quelque chose à dire. Elles se velues. Non pas piquantes comme cela semble l'être. J'en ai déjà eut en pots. 
Je ne me lasse pas... Admirez. Détaillez. Ne vous gênez pas. Quand on va dans cet endroit, c'est ce que nous faisons. Enfin, ce que nous avons le droit de faire. Il ne faut pas s'arrêter à ce que les autres peuvent penser de notre attitude à vouloir prendre en image d'une manière différente les beautés des lieux.

 Une preuve ? Ces petites rouges ci-dessous, bien c'est une tige tombée à la renverse sur une branche. Je l'ai donc immortalisée. Je voulais la prendre dans cette position inusité pour ne pas regretter de ne pas l'avoir fait. 

Je sais, ce n'est pas aussi facile que je le laisse prétendre. Moi aussi je me retiens de cliquer sur certaines formes, de crainte d'avoir l'air d'une idiote. Seulement, je me trouve stupide par la suite. Me disant que j'ai surement manqué la plus belle image par crainte du 'qu'est-ce qu'on pensera de moi ?' La pensée meurtrière.

Mais cette fois je ne m'étais pas retenue. Et j'en suis fière. 

Vous savez, si je m'écoutais et si je le pouvais, je ne ferais que ça prendre des photos. C'est une passion depuis bien des années. Dans le temps des pellicules, en voyage, ça me coûtait une petite fortune aux développements. Et ce qui pouvait être frustrant, c'était de constater que certaines images n'étaient pas aussi belles. Par manque de lumière. Par un flou qui tu.  C'est une superbe invention le numérique.




Ci-dessus en trompettes. Superbe. Bon, je vais me taire. Mes doigts vont cesser de parler et vous laisser terminer votre petite visite virtuelle dans ce lieu extraordinaire.
Au plaisir de vous revoir en espérant que cela vous a plu.
Krikri Ma Puce dite Kritoune.